nina & milo

Love ★ Play ★ Live

Le jour où j’ai voulu inscrire ma fille à l’école…

9 Commentaires

Screen Shot 2013-09-09 at 19.52.21

Comme en témoigne cette photo, tout est bien qui finit bien, mais c’était pourtant pas gagné…

Récit.

Dans notre commune du Nord de Bruxelles, tu vas pas à l’école de ton choix. Tu as soit un passe-droit, soit du bol. (Soit un parent ‘people’ (à deux balles) ou cardiologue)

Mais si tu suis le processus normal, bonne chance!

On le savait, et donc depuis deux ans, je suis sur le pied de guerre. Fin 2011, je me renseigne pour être sûre de connaître toutes les options.

Petit topo.

D’un côté, on a les écoles du réseau communal.

On avait repéré une ou deux écoles, mais ici, tout le monde est bien clair: on ne fait pas de listes à l’avance, il faut suivre la procédure communale. Car toutes ont les mêmes modalités d’inscription, comme précisé sur le site de la commune:

« Demande de rendez-vous à faire UNIQUEMENT DANS LES ECOLES par téléphone uniquement de 9h à 12h et de 14h à 15h. 

– A partir du 15/01/2013: Petits frères et petites soeurs de la commune des enfants déjà inscrits dans l’école

– A partir du 1/02/2013: Tous les enfants de la commune, nés avant le 1er janvier 2011. 

– A partir du 15/04/2013: Enfants de la commune nés entre le 1er janvier et le 30 juin 2011.

– A partir du 02/05/2013: Enfants de la commune nés entre le 1er juillet et le 31 décembre 2011.

– A partir du 3/06/2013: Enfants (dont petits frères et petites soeurs!) n’habitant pas la commune

(Ceci sont les dates de l’année passée, pour les enfants entrant à l’école cette année scolaire-ci.)

Nina Rose étant née en janvier 2011, nous ne pouvions appeler les écoles qu’à partir du 15 avril 2013. Pour obtenir un rendez-vous. Rendez-vous auquel tu sais qu’on va te faire un refus d’inscription, car il n’y a souvent déjà plus de place, vu qu’elles sont en général déjà prises par les petits frères et soeurs et les enfants nés avant janvier (et les pistonés).

Ok, donc on repassera en 2013.

De l’autre côté, il y a le réseau libre. Parmi celui-ci 2-3 écoles avaient retenu notre attention de près ou de loin, et là aussi, lorsque je me renseigne, on me dit de rappeler l’année prochaine. On est fin 2011, je me dis de rappeler « fin » 2012.

Octobre 2012 (Milo est né en septembre, ce mois-là j’ai *un tout petit peu* zappé cette histoire d’inscriptions!).

J’appelle les écoles libres d’abord.

Une se moque de moi: « Vous appelez seulement maintenant? ». No comment.

Une autre: « Il faut appeler à partir du 8 janvier. Et je vous conseille de ne pas appeler le 9 car il n’y aura plus de places. » Ok, ok… restons calmes…

Une autre encore: « Je vous mets sur la liste mais ça ne sert à rien, ne comptez vraiment pas dessus. » Bien bien bien.

Un brin choquée, je me dis que tant qu’à faire, je vais appeler les écoles communales. Juste pour voir.

Rappelons que nous sommes fin 2012 et que je suis censée appeler à partir d’avril 2013.

La plupart me rabâche à quelques choses près le même charabia que le tableau ci-dessus.

Une me donne un rendez-vous quelque part en février.

Je reste sans voix et demande pourquoi un rendez-vous et pourquoi si tard?

« On va essayer de vous trouver une petite place ».

Ok. Euh…. Ok, donc.

On est en octobre 2012 et normalement, j’ai une place à l’école.
Oui sauf que. J’appelais cette école un peu par hasard et beaucoup par dépit.
Je ne sais pas où elle se trouve ni si je veux que ma fille aille là.

Mais soit. Je ferme ma bouche car j’ai une chance de ouf. Ni piston, ni dessous de table, juste le son de ma voix qui a semblé faire son effet auprès d’un directeur. Une lueur d’espoir. Bien que…?

Prochaine étape, le 8 janvier (ou le 9 ou le 18, je ne sais plus).

C’est une des deux écoles que je veux absolument. Je mets donc tout le monde à contribution: maman, papa, parrain, marraine, les copines, nous-mêmes… on est 7 ou 8 à appeler ce matin-là. Mon iPhone arrêtait de comptabiliser les rappels au même numéro après 100 appels, mais je peux affirmer avec certitude en avoir passé 500 au moins sur le mobile et ensuite encore au moins 300 sur le fixe. Plus les appels de tous les autres appelants. Tous n’ont eu autre écho que celui de la tonalité occupée…

Ah si. Un de mes appels, passé sur le temps de midi (j’avais oublié qu’on ne pouvait pas appeler entre 12h et 14h, pardon!) a sonné, sonné, sonné, sonné… jusqu’à ce que quelqu’un de l’autre côté raccroche la ligne. J’ai cru que j’allais manger mon iPhone et toute l’école avec!!!

J’ai réessayé le lendemain. Et le surlendemain. Mais en vain. Personne n’a jamais décroché! Sacré coeur de pierre ces gens! (indice sur l’établissement très subtil inside? nooooon)

On est le 10 janvier. J’ai raté une des deux écoles qu’on voulait et il faut attendre le 15 avril pour savoir si on aura l’autre.

Torture?

Tout autour de nous, un tas d’autres enfants rentrent à l’école en septembre, et tout le monde sait où, quand, comment.

Pas nous.

« Elle va à l’école en septembre Nina Rose? »… J’ai envie de répondre ‘non!’ à chaque fois qu’on me pose la question, tant je redoute la suivante… (« Et où çaaaaa? »)

On est en train de se dire qu’elle ira pas avant ses 3 ans, en janvier 2014 si ça continue. Voire plus tard?! Voire jamais? Ou alors à l’autre bout de la ville?

Ah mais non. J’ai rendez-vous en février. Juste.

Comme prévu, je me rends au rendez-vous fixé quelques mois auparavant mais je ne m’attends à rien. Après tout, peut-être que plein d’autres gens ont rendez-vous comme moi. Qui sait?

Et bien non.
Je suis la seule.
J’inscris ma fille.
J’inscris. ma. fille. dans. une. école.
Que je ne connais pas, qui ne me parle pas et que je ne ‘sens’ pas.

Mais je ferme ma bouche, parce que j’ai trop de chance!

Oui mais nous on veut l’autre école.
Et si c’est pas celle qu’on veut, alors on en aimerait bien une qui se trouve bien plus près de chez nous que celle où ‘on’ est inscrit, mais… oh mince! Elle est sur une autre commune! Lire: repassez dans une autre vie ou déménagez deux rues plus loin.

Bref.

Nous voilà le 15 avril.

Je m’arme de ma patience et de mon iPhone et, sans trop y croire, à 8h57 (ouiiiiii, j’avais encore pas vu que c’était à partir de 9h les appels) je compose le n° de THE école.

« Oui allô? ».

Euh. (merde? quelqu’un qui décroche? je dis quoi????)

« ……… » que ça fait dans ma bouche et « wizzzzzzzzz hophop olééééééééé » que ça fait dans ma tête.

Je me reprends.

On me répond.

Qu’il faut passer dans la journée entre 13h et 16h chercher un papier à remplir pour la commune qui fera sa liste d’attente en fonction.

Ah. On est au boulot, merde.

Je demande bien comment ça se passe pour la liste, et on me dit que c’est la commune qui décide en fonction de l’ordre d’arrivée des papiers.

Ok. Donc y’a intérêt à y être à 13h. Ok.

On arrive à 13h05 je pense. Il y a 2 personnes devant nous. (PU***N de tunnels embouteillés-sur-le-temps-de-midi de m****!) Mais bon, ça va on est n°3.

On remplit les papiers, et là, une autre dame que elle du matin j’imagine, nous sort qu’il faut apporter ce papier à la commune, et que c’est cet ordre-là (d’arrivée chez eux, donc) qui compte!

Punaise! « Vas-y qu’on fonce pour dépasser les 2 autres! » – « Si ça se trouve ils sont en bus… » –  « ou à pieds! » – « Je speede et je te jette devant la commune et tu cours! Tu sais où c’est? » – « Oui oui. »

On arrive devant la commune, les grilles se ferment: c’est le jour où ça ferme à 13h30.

Gnnnnnnnn

>_________<

« M’en fous, ce soir je dors devant et je serai la première à entrer dans le bâtiment demain à 8h. »

Suis arrivée à 7h30. J’étais la première dans le bureau. J’étais n°5 sur la liste. TU PIGES QUELQUE CHOSE TOI?

Non mais merde à la fin.

Désespoir.

Des copains qui étaient deuxième sur la liste l’année d’avant n’ont jamais eu de nouvelles.

Je pense bien que j’ai pleuré.

J’ai pas précisé, mais j’avais entretemps appelé deux autres écoles où Nina Rose est toujours sur une liste quelconque. Jamais eu de nouvelles.

L’une d’elles m’avait précisé, lorsque j’avais demandé quand je saurai si oui ou non elle était admise: « Ha beinh si on ne vous appelle pas, c’est qu’elle est pas prise. »

Ok. Logique.

Quelques mois plus tard, après deux ans de suspense, sans savoir où Nina Rose irait à l’école, elle est finalement entrée en septembre dans l’école où je l’avais inscrite en février par un coup de bol monstrueux.

Nous n’avons jamais accroché à cette école et en étions bien malheureux, mais prêts à faire des efforts pour que ça fonctionne, puisque pas le choix.

Pas le choix, et pas de mérite non plus. Toujours cette impression d’avoir ‘volé’ notre place. En tout cas pas mérité, c’est sûr. Mais qui aurait refusé, sérieusement?

Et puis, vendredi dernier, THE école m’appelle. Pour dire qu’une place s’est libérée.

Alléluia.
Jésus-Marie-Joseph.
Petit Jésus tout nu à la Jefke!

(Ils utilisent donc bien leurs listes à la con.) (Et encore heureux, quand on y pense!)

Et c’est ainsi que par un coup du destin incroyable, Nina Rose est inscrite depuis ce matin dans l’école de notre (premier) choix.
Sa rentrée s’est passée aussi bien que la première: sans larmes, sans accident, sans accrocs.
Elle est si surprenante cette petite, je suis si fière d’elle!
Elle gère grave!

Tout est bien qui finit bien, oui.

Mais je sais que ça ne tient à rien du tout, que nous ne sommes pas les seuls dans le cas, et que plein d’autres n’ont pas eu autant de chance que nous.

Entre les enfants qu’il faut inscrire avant la naissance ou parfois avant conception, ceux à qui ont dit de déménager s’ils veulent une école (bisous Seb & Alex!), ceux qu’on fait poireauter jusqu’à 3 ans et demi et ceux qui ne trouvent jamais d’école…

Tout ça -BORDEL!- pour une classe d’ACCUEIL!
Tout ce stress pour une place dans une classe de bébés!
Une classe avec une mini-chaise, des poupées et un coin lecture.
Tout ça pour ça!

Je ne sais plus très bien pourquoi j’écris ce post. Au début, je voulais m’insurger. Interpeller un politique peut-être. Ou un média.
C’est assez facile aujourd’hui. Mon compte Twitter regorge de personnes influentes dans tous les milieux. Y’a qu’à demander. Mais au fond, qui ça intéresse hein, sérieusement?

Ce soir, j’ai juste envie de partager une très mauvaise expérience, mais surtout démontrer que ça vaut la peine d’essayer finalement. Je n’y croyais pas, mais nous y sommes arrivés par le processus ‘normal’. Et ça valait la peine de se battre.

Tout est bien qui finit bien.
Non.

Qui commence bien.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Publicités

9 réflexions sur “Le jour où j’ai voulu inscrire ma fille à l’école…

  1. Put..n c’est vraiment un parcours du combattant!

  2. Et dire qu’on commence seulement maintenant ce (même?) parcours ! Séances d’information collective le 23, présence obligatoire d’un parent devant le bureau du dirlo le 1, téléphoner a 8h pile le 4 …et tout ça pour une rentrée en à partir de novembre 2014 ! Je sens qu’on va se marrer mais je penserai à toi!

  3. Lorsque je suis arrivé à Bruxelles, on a pu m’inscrire en 3e primaire, au mois d’août pour la rentrée de septembre, dans une école à 2 minutes à pied (en l’occurrence, le Collège Saint-Pierre à Jette). J’avais eu de la chance, mais ça semblait quand même moins compliqué. C’était il y a 22 ans.
    C’est bien que ça se soit finalement résolu pour vous !

  4. pfiou encore pire que pour nous et pourtant, un vrai parcours aussi… nous on s’est battus avec l’enseignement flamand… mais on a quand même eu une place dans l’école qu’on avait choisi!! C’est ça qui est sidérant, on bénit le ciel quand on a une place dans l’école choisie alors que ça devrait être « normal » de pouvoir choisir. Bref, ça devient vraiment n’importe quoi!!

    • C’est dommage qu’il y ait une telle importance dans le choix qui est fait. À partir du moment où toutes les écoles ont un niveau et une ambiance comparables, il y a beaucoup moins d’incitants à vouloir faire un choix précis (bien sûr il reste des critères : proximité, projet pédagogique de l’école, etc.). Mais de toute façon cela est un vœu pieux dans l’état actuel des choses. On ne transcendera pas l’enseignement à coup de réformettes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s