nina & milo

Love ★ Play ★ Live

Il y a deux ans…

Poster un commentaire

Il y a deux ans…

…j’errais dans les couloirs d’Erasme, pour le faire ‘descendre’… les contractions avaient commencé vers midi mais n’étaient pas très efficaces. 4 cm d’ouverture en 10h, pour un deuxième bébé, après un premier accouchement qu’on avait qualifié de ‘rapide’ (moins de 10h de la perte des eaux à la naissance, j’avais pas trouvé ça vraiment rapide, mais je n’avais pas encore tout vu!), on aurait pu espérer mieux. Donc je marchais, je marchais, je marchais, depuis midi, dans cet hôpital où on m’avait gardé malgré les faibles contractions car je devais de toute façon être ‘provoquée’ le soir-même, le 17, jour de DPA…

Il y a deux ans…

…on allait finir par me mettre une perfusion d’ocytocine pour accélérer le travail, en espérant que j’accouche durant la nuit. En me conseillant encore et ENCORE de marcher. (Non mais, VRAIMENT les gars… Enceinte de 9 mois et demi, des contractions depuis 12h, y’a juste un seul truc qu’on n’a pas envie de faire, c’est marcher, tu vois?)

Il y a deux ans…

…les infirmières viendraient me checker toutes les 1/2h, puis toutes les heures, pour finir par « m’oublier » au changement de garde de 7h… « vous n’avez toujours rien? » qu’allait venir me lancer ma gynéco au petit matin alors qu’elle avait hésité à rentrer dormir un peu la veille – « beinh non », lui lancerai-je dépitée… bien que contente qu’elle ait dormi un peu, ELLE, j’allais peut-être avoir besoin d’elle à un moment, après tout. Par contre, le col n’avait pas bougé de la nuit. PAS. BOUGÉ?! Sans déconner?

Il y a deux ans…

…désespérée, je me suis assise sur le gros ballon de la chambre vers 9h, j’ai appelé ma mère, et j’ai pleuré. Parce que quand j’en ai marre, que je suis fatiguée et désespérée, c’est ce que je fais (appeler ma mère ou pleurer. ou les deux, quand c’est vraiment grave :)), et souvent, ça aide!

Il y a deux ans…

…quelques secondes après avoir raccroché, je perdais les eaux et tout contrôle! En moins d’une heure, j’ai senti mon corps s’ouvrir. Sans exagérer. Mille fois j’ai demandé à ce qu’on appelle l’anesthésiste, mille fois on m’a répondu que j’avais le temps. (Note aux sage-femmes bien gentilles mais nullipares: QUAND ON TE DIT QUE C’EST LE MOMENT, c’est qu’on SAIT que C’EST LE MOMENT, alors APPELLE ton pu***n d’anesthésiste, bordel!) Mille fois j’ai failli appuyer moi-même sur le bouton d’urgence ‘anesthésiste’ (je me vois encore dire à mon homme: appuye sur le bouton stepléééééé!), mille fois…

Et puis, j’ai perdu toute fierté, toute dignité, et j’ai crié, criéé-éééé (mais pas longtemps, promis!).

Il y a deux ans, j’accouchais, après 24h de travail, sans péridurale et en deux poussées, d’un petit personnage de 4kg195.

Je venais de vivre la chose la plus forte et la plus incroyable, la plus douloureuse et la plus belle à la fois.

Milo était (enfin) là.

Et la fierté que j’avais perdu quelques secondes auparavant m’a été rendue, en chair et en os.

❤❤

Joyeux deux ans mon Milo.

Ma force, ma fierté, mon soleil, ma joie, mon tout, mon Roi…

Tu nous fais la vie si belle, je t’aime si grand!

Happy Day, Happy Life, mon cougnou!

❤❤

MERCI_MILO

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s